Tue. Dec 18th, 2018

Capt Dmitrii Scurtu, from 436 Transport Squadron, is piloting a CC-130J Hercules on a routine mission to Canadian Forces Station Alert on 24 July 2018. Photo: 2Lt Kathleen Soucy Le capitaine Dmitrii Scurtu, du 436e Escadron de transport, pilote un CC-130J Hercules lors d,une mission de routine vers la Station des Forces canadiennes Alert, le 24 juillet 2018. Photo: Slt Kathleen Soucy

Flying up North

 

The challenges of operating an aircraft in the North are numerous.

“The first challenge is, without a doubt, weather,” says Captain Colin Wilkins, a CC-130J Hercules pilot with 436 Transport Squadron, during a planned flight to Canadian Forces Station (CFS) Alert. “Weather can be very unpredictable up North – and change rapidly.”

In order to mitigate risks associated with extreme weather conditions, the aircrew follows a “plan procedure for cold weather operations”, says Corporal Yassabi Siwakoti, an aviation technician. This even includes a special procedure to start and shut down the aircraft when it is extremely cold, involving the removal and storage of batteries inside the aircraft.

Located 1,834 kilometres north of the Arctic Circle, just 817 kilometres from the North Pole, Canadian Forces Station (CFS) Alert is the most northerly permanently inhabited location in the world. The main roles of the station are to maintain a geolocation capability to support search and rescue and other operations, and to provide support to Environment and Climate Change Canada and Arctic researchers. Alert also plays a key role in projecting Canadian sovereignty in the Arctic.

Complete article

Voler dans le Nord

L’exploitation d’un aéronef dans le Nord présente de nombreuses difficultés.

« La première difficulté est, sans aucun doute, les intempéries, affirme le capitaine Colin Wilkins, pilote de CC-130J Hercules du 436e Escadron de transport, lors d’un vol prévu à destination de la station des Forces canadiennes (SFC) Alert. Le temps peut être très imprévisible dans le Nord, et changer rapidement. »

Afin d’atténuer les risques liés aux conditions météorologiques extrêmes, l’équipage suit une « procédure de planification des opérations par temps froid », explique le caporal Yassabi Siwakoti, technicien en aéronautique. Celle-ci comprend notamment une démarche spéciale pour démarrer et arrêter l’avion lorsqu’il fait extrêmement froid, impliquant le retrait et le stockage des batteries à l’intérieur de l’avion.

Située à 1 834 kilomètres au nord du cercle polaire arctique, et à seulement 817 kilomètres du pôle Nord, la SFC Alert est l’endroit habité en permanence le plus septentrional au monde. Les principaux rôles de la station consistent à maintenir une capacité de géolocalisation pour appuyer, entre autres, les opérations de recherche et de sauvetage, ainsi qu’à apporter un soutien aux chercheurs d’Environnement et changements climatiques Canada et de l’Arctique. Alert joue également un rôle essentiel dans l’affirmation de la souveraineté canadienne dans l’Arctique.

Article complet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Categories

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com