Tue. Nov 20th, 2018

Why We Give: Remembrance, Respect and Dignity

Every year on Remembrance Day, Canadians gather at cenotaphs across the country to pay respect to those who made the ultimate sacrifice in the name of peace and freedom. As we pause to acknowledge our fallen, we also take a moment to think about those who returned from their missions and suffer, physically and emotionally, from the impact of war, conflict and service.

As we approach November 11, the season brings cold, damp and blistery conditions. And even though, as Canadians, we are conditioned to these circumstances, we still feel the bone-chilling winds through our heavy wool coats. This chill serves as a reminder of those harsh conditions our brave soldiers suffered while serving. It should also remind us of the scars they continue to bear, both mental and physical.

These wounds are sometimes so deep that they prevent some from returning to the lives they once enjoyed. Dismissal from the service, unemployment, shame, social isolation, substance abuse and destitution are often the result of these scars. Sadly, these conditions can pave the way to a tragic end. And in those cases, death becomes the ultimate arbiter of this once proud military member’s fate, and the sufficient means for a dignified funeral and burial remain wanting.

Complete story

Raisons pour lesquelles nous donnons : Commémoration, respect et dignité

Chaque année, à des cénotaphes d’un bout à l’autre du pays, des Canadiens et des Canadiennes se réunissent à l’occasion du jour du Souvenir, afin de présenter leurs respects aux personnes qui ont consenti l’ultime sacrifice au nom de la paix et de la liberté. Au moment où nous nous arrêtons pour nous remémorer ceux et celles qui sont tombés au champ d’honneur, nous prenons aussi le temps de penser aux personnes qui sont rentrées de leur mission et qui souffrent, sur le plan physique et émotif, des effets de la guerre, du conflit et du service.

À l’approche du 11 novembre, la saison entraîne des conditions froides, humides et glaciales. Malgré le fait que, en tant que Canadiens et Canadiennes, nous sommes habitués à ces conditions météorologiques, nous sentons tout de même le vent glacial traverser nos gros manteaux de laine. Ce froid sert à nous rappeler les conditions austères dans lesquelles nos braves soldats ont souffert pendant leur service. Il doit aussi nous rappeler les cicatrices qu’ils portent toujours, tant sur le plan mental que physique.

Ces blessures sont parfois si profondes qu’elles empêchent certaines personnes de revenir à la vie qu’elles aimaient autrefois. Libération du service, chômage, honte, isolement social, toxicomanie et destitution résultent souvent de ces cicatrices. Tristement, ces conditions peuvent ouvrir la voie à une fin tragique. Et dans ces cas-là, la mort devient juge de première instance du destin jadis fier du militaire, et les moyens manquent pour offrir des funérailles et un enterrement dans la dignité.

Texte complet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Categories

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com