Wed. Jan 23rd, 2019

HMCS NANAIMO, with life lines rigged, encounters a strong sea state during transit on December 13, 2018 during OPERATION CARIBBE. Photo By: Capt Jenn Jackson XC53-2018-0009-161

How #HMCSNanaimo Prepares for Stormy Seas

Just prior to Remembrance Day, in the Gulf of Tehuantepec, off the coast of Mexico, a storm is brewing. Her Majesty’s Canadian Ship (HMCS) Nanaimois on station conducting drug interdiction operations nearby. How does a Kingston Class vessel prepare for an upcoming storm while remaining mission effective and poised for action at a moment’s notice?

It all begins in the Operations Room, the brain of the ship. The Naval Combat Information Operators receive a weather message about a possible upcoming storm in our area of operation. They correlate the information with the weather report from the Meteorological and Oceanography Command and send that information to the Navigating Officer (NavO).

The NavO then looks at the 48 and 72 hour prognosis and finds the exact time the ship needs to depart the area to safely slip away before the storm, while still being available to be employed. Once the NavO has the full picture, he briefs the Operations Officer (OpsO) who includes the updated information in the meteorological brief.

Complete story

Comment le NCSM Nanaimo se prépare t il pour affronter une mer déchaînée?

Peu avant le jour du Souvenir, dans le golfe de Tehuantepec, au large des côtes du Mexique, une tempête se prépare. Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Nanaimo mène des opérations de lutte contre le trafic de drogues à proximité. Comment un navire de la classe Kingston se prépare-t-il pour affronter une tempête qui s’annonce tout en demeurant efficace sur le plan opérationnel et prêt à intervenir à tout moment?

Tout commence dans la salle des opérations, le cerveau du navire. Les opérateurs d’équipement d’informations de combat (Marine) reçoivent un message météorologique au sujet d’une tempête qui serait en train de se développer qui pourrait toucher leur zone d’opération. Ils mettent en corrélation les renseignements contenus dans le bulletin météorologique avec ceux en provenance de l’organisation de météorologie et d’océanographie, puis envoient l’information à l’officier de navigation (O Nav).  

À son tour, l’O Nav examine le pronostic de 48 heures et de 72 heures et trouve l’heure exacte à laquelle le navire doit quitter la zone pour échapper à la tempête, tout en demeurant disponible pour les opérations. Une fois que l’O Nav aura reçu tous les renseignements sur la situation, il en fera un compte rendu à l’officier des opérations (O Ops) qui mettra à jour l’exposé météorologique.

Texte complet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Categories

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com