Thu. Jan 24th, 2019

#RCAF flight advisor guides aircraft to a safe landing

On the evening of Saturday, October 20, 2018, Corporal Martin Bélair, a flight advisor with the 3 Wing Bagotville, Québec, Air Traffic Control Section, was on duty alone in the control tower at the Saguenay-Bagotville airfield. The flight advisory position is held only by experienced and talented aerospace control operators (AC Ops), who are qualified to assume the duties and responsibilities of an air traffic (tower) control officer throughout the evenings and nights at most RCAF wings.

Corporal Bélair was preparing to land what he thought would be his last aircraft of the night, an Air Canada Jazz Dash 8, when he noticed on his radar a Boeing 757 (200 series) at 32,000 feet (9,754 metres) above sea level over the airport, in descent and squawking code 7700, a code reserved for in-flight emergencies.

He immediately contacted the terminal instrument flight rules (IFR) controller to ask if he had received any information on the emergency aircraft: IcelandAir 688. The terminal controller had no information on the nature of the emergency, nor had he been contacted by the pilot.

Complete story

Un contrôleur de service de l’ARC permet à un aéronef d’atterrir en toute sécurité

Dans la soirée du samedi 20 octobre 2018, le caporal Martin Bélair, contrôleur de service de la Section du contrôle de la circulation aérienne à la 3e Escadre Bagotville, au Québec, était seul dans la tour de contrôle de l’aéroport Saguenay-Bagotville. Le poste de contrôleur de service n’est occupé que par des opérateurs de contrôle aérospatial (Op C AERO) expérimentés, compétents et dûment formés pour assumer les fonctions et les responsabilités d’un officier de contrôle de la circulation aérienne (contrôleur aérien) pendant les soirées et les nuits dans la plupart des escadres de l’ARC.

Se préparant à guider dans son atterrissage ce qu’il pensait être son dernier avion de la nuit, un Dash 8 d’Air Canada Jazz, le caporal Bélair a remarqué sur son écran radar un Boeing 757 (série 200) volant à 9 754 mètres au-dessus du niveau de la mer. L’appareil effectuait une descente près de l’aéroport et transmettait le code 7700, réservé aux urgences en vol.

Le caporal Bélair a donc immédiatement communiqué avec le contrôleur terminal des règles de vol aux instruments pour lui demander s’il en savait plus au sujet du vol IcelandAir 688, l’aéronef en situation d’urgence. Malheureusement, le contrôleur terminal, qui n’avait reçu aucune communication du pilote de l’avion, ne disposait pas d’information sur la nature de l’urgence.

Texte complet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Categories

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com